On peut définir la traduction comme étant la transposition d’un texte appartenant à une langue nommée source dans une langue cible par l’intermédiaire de l’analyse et en gardant autant que possible les équivalences sémantiques et stylistiques établies lors de l’évaluation du tarif traduction.

Au moment où on veut appliquer de façon pratique cette définition, on arrive à la conclusion qu’un service de traduction parfait représente en quelque sorte l’univers utopique de Thomas Mann.

Le service de traduction fait par les traducteurs afin de reconstituer le mieux possible le message de la langue source dans une langue cible est facilité par les procédés de traduction.

Les traducteurs et les interprètes qui effectuent un service de traduction respectent le schéma suivant :

et c’est suivant ce processus que le tarif traduction sera estimé.

Dans le cadre d’un service de traduction, le procédé le plus utilisé de traduction est la modulation. Elle repose sur la modification structurelle et consiste en des mécanismes subtils engageant un changement de perspective et menant à la modification de l’énoncé en langue cible.

Le rôle de la modulation, dans le cadre d’un service de traduction, est celui de reformuler (sans perte d’information) un texte déjà produit en préservant autant que possible sa couleur stylistique.

Il faut préciser qu’il existe quelques éléments dont les traducteurs doivent tenir compte afin d’obtenir le meilleur résultat après avoir effectué un service de traduction :
a) Le sens du mot donné par la phrase : on doit comprendre non seulement la phrase, mais encore toute la situation de communication ;
b) Les structures grammaticales propres à la langue source et à la langue cible ;
c) La structure du texte et les règles qui le gouvernent ;
d) La compétence de combiner en même temps la forme et le sens.

En partant de l’ancienne locution « traduttore, traditore », Benedetto Croce considère que le résultat d’un service de traduction peut être soit « une mauvaise fidèle » soit « une beauté infidèle ».

De tous ces éléments, on arrive à la conclusion qu’un bon service de traduction se base sur :
1. le savoir (les connaissances théoriques) ;
2. le savoir-faire (les connaissances de nature pragmatique).
3. et bien sur le respect du tarif traduction.